Vendredi 15 septembre, étape 16

« Eprise de ses fruits,
Distraite jour et nuit…
Voulez-vous une orange,
Voici tout l’oranger ;
Voulez-vous une plante,
Voici tout le verger.
Allongez-vous la main
Pour saisir une rose,
La terre n’en sait rien,
Vous n’êtes pas en cause.
Elle songe en son sein
A de nouvelles roses,
Cachant mille couleurs
Dans sa boueuse gloire
Où les futures fleurs
Sont encore toutes noires.
Jules Supervielle, La terre, in La fable du monde, Editions Gallimard, 1938, collection Poésie/Gallimard 1987, ISBN 978-2-07-032441-5

La fin du voyage se profilait, c’est un fait qui échappait encore totalement à ma conscience.

Tandis que je rédige jour après jour les billets qui s’affichent jour après jour, je chemine à nouveau, de loin. C’est à dire que connaissant la suite, je visite les sensations sous un nouvel angle, avec un nouveau point de vue. Il est facile de faire des corrélations, de dire « oui, c’est normal », « ben oui, évidemment » tandis que lorsque j’étais dans l’action du cheminement, j’étais dans la découverte constante, dans l’instant présent toujours.

Certains jours comme aujourd’hui, j’aurais envie de voir apparaitre des « like » comme sur les réseaux sociaux. C’est drôle, les réseaux sociaux, les gens passent à toute vitesse, ne lisent pas grand chose, mais ils laissent une trace de leur passage, même si c’est seulement l’image qu’ils ont regardé… et du coup, « ça » donne presque l’impression d’être dans le monde.
Là, quand je regarde « NewStatPress » je vois les robots qui passent et repassent.
Chaque matin, je fais le ménage, supprimant des dizaines et des dizaines « d’abonnés » fantômes, mettant à la corbeille tous les commentaires qui me proposent de quoi b(a)nder plus efficacement, de quoi faire pousser mes cheveux, de quoi améliorer les performances de tout ordre.
Les bas-fonds de la réalité virtuelle sont sans fioritures.

La réalité du chemin est semblable à la vraie vie, entre monts et vallées.
La solitude est constante.
De même que j’écris face à moi-même, je marche face à moi-même.
Je sais que je suis dans le monde, je sais qu’il y a du monde autour, je pense aux gens qui me sont chers, je sais que les personnes qui me sont chères pensent à moi de leur côté, mais c’est tellement impalpable.
Marcher, écrire, c’est accepter tout ce qui est invisible, le comprendre, s’en nourrir sans jamais connaitre la satiété.
Il faut avoir faim pour avancer.
Faim d’une certaine faim.
Pas de cette « envie de manger » qui conduit direct au drive du premier fast-food!

Car pour faire écho à la citation de Comte-Sponville posée dans le premier billet, quel est le besoin réel ?
Je dirai qu’il s’agit de chercher une gourmandise joyeuse, d’explorer avec une curiosité enfantine, d’avoir, chevillé au corps, la certitude que le plus beau est à venir.
Pas simple à expliquer…
Mais fi de digression, je reviens sur cette quinzième étape!

La fin du voyage se profilait, c’est un fait qui échappait encore totalement à ma conscience.

Le ciel était limpide.
Au loin, le Pic du midi d’Ossau était visible, puis il s’est voilé, comme pour dire « OK tu peux y aller, il n’y a plus rien à voir ».

Jusqu’à Oloron Sainte Marie, la randonnée était fort bucolique.
Tout a fait apaisée, totalement soulagée, mon pas était léger, les averses ne me touchaient plus, il y avait « je sais pas quoi » de nouveau et c’était délicieux.

Une fois la ville passée sans qu’aucun commerce n’ait été placé le long du passage, c’était la plaine, vraiment la plaine avec ses champs de maïs, ses vaches en boite, ses chemins plats.

A Moumour, place de l’église, il y a l’épicerie de Marie-Pierre.
Et il y a Marie-Pierre.
Comme j’étais fort dépourvue en regardant les rayons plutôt vides, n’ayant aucun besoin de ce qui s’y trouvait au moment précis où je cherchais un nouveau tube de lait concentré, j’ai eu envie d’honorer la résistance de ce petit commerce de proximité. J’ai acheté un paquet de biscuits et une boisson gazeuse.
Marie-Pierre m’a proposé un café, croyant certainement que j’étais pélerine…
Ce n’était pas vraiment l’heure du café, j’ai refusé avec cet argument et je suis sortie pour me délecter de la boisson sucrée. Elle m’a suivi et nous avons conversé, elle me racontant ce que lui rapportent les « pèlerins », fière de garder ouverte sa boutique et fatiguée cependant « J’ai 65 ans, ça fait du boulot, mais après moi, il n’y aura personne. »
Un petit garçon est arrivé pour acheter des bonbons comme j’achetais autrefois des « mistrals gagnants » dans une boutique où la dame me saluait par mon prénom.

C’était doux.

Douce, légère, bucolique, ainsi la journée pouvait se résumer à l’heure où je m’installais au bord du gave d’Oloron un peu à l’écart d’Aren.

J’ai longtemps contemplé le soleil couchant qui caressait un tas de cailloux que j’avais monté dans le lit de la rivière, puis il n’est resté que le murmure de l’eau et les hululements des oiseaux de nuit.
Un poème à écouter avant de s’endormir…

A suivre

 

6 réflexions sur « Vendredi 15 septembre, étape 16 »

  1. Frédérique

    Du coup, j’ai relu la citation d’André Comte-Spongille, que j’avais survolée, je m’en suis rendue compte 🙂 Belle citation qui redéfinit le désespoir d’une façon tout à fait inattendue pour moi.

    Je suis étonnée que tu parles de la fin alors que nous n’en sommes qu’à la moitié ! 😀

    Je comprends ton envie d’ « honorer la résistance de ce commerce de proximité ». Dans la petite station du Mourtis, la résistance est également là… ce petit coin vit de la neige mais aussi du VTT en été. Un seul petit commerce, tenu par une charmante petite dame, qui devait prendre sa retraite également. C’était il y a quelques années. J’ignore ce que ce commerce est devenu. Dans beaucoup de villages reculés que nous avons traversés pour aller dans les Pyrénées, je me suis souvent demandé de quoi pouvaient vivre les gens. Toulouse est si loin et le tourisme si aléatoire… Et pourtant des gens y vivent. Mais peut-être est-ce une réflexion de campagnarde vivant près de Nantes et travaillant à Nantes… ?

    Répondre
    1. Joelle Auteur de l’article

      La moitié? Hum, hum… Regarde sur une carte 😉
      Et… Je te conseille Comte-Sponville, et bien entendu tous les ouvrages cités sont dans ma bibliothèque, donc disponibles en prêt! 🙂

      Répondre
      1. Frédérique

        Manque de précision de ma part, je parlais de la moitié du séjour ! Mais il est vrai que sur une carte, c’est plus que la moitié ! Comment notre héroïne aura-t-elle fait pour conserver son mois de vacances ? La suite dans les prochains épisodes.

        Répondre
  2. Christian

    Curiosité de la soirée… le mistral gagnant…

    Le mistral gagnant, première fois que l’on me parle du bonbon en dehors de la chanson.
    Alors, un brin de curiosité et je tombe sur cette boîte que je connais un peu.
    Et je découvre le paquet vert, si bien composé, à la fois sobre et d’une époque… ma langue ne le connait pas alors que les deux autres m’évoquent d’emblée une sensation bien particulière…

    http://www.ecole-notre-dame.fr/photos/20121016-mistral-gagnant/bonbons.jpg

    Ce billet à un goût sucré, doux, … j’y reviendrai à coup sûr !

    Répondre
    1. Joelle Auteur de l’article

      🙂
      Et c’est une époque que les moins de 60 ans ne peuvent pas connaitre… Il y avait de « ça » dans cette petite épicerie du fin fond de nulle part.
      Et les « mistral gagnants » était vraiment gagnants, parfois, comme les « pailles coco ».
      Imagine un peu : c’est une époque où la gourmandise la plus sucrée qu’on trouvait dans l’agro-alimentaire était le chocolat « crunch » qui venait de sortir (1960 en France). A part les gâteaux faits maison et les tartines de confiture (faites maison aussi) , il y avait le lait concentré (de la même marque suisse que celle du chocolat pré-cité, il permettait la conservation du lait et servait principalement à la préparation des biberons) mais pas encore d’envahissement de produits destinés à fabriquer de jeunes obèses. A la sortie de l’école, on allait dépenser les centimes grappillés en rendant de menus services. Il y avait, comme dans la chanson des caramels à 1ct! Et il y avait des friandises gagnantes! Ca c’était le top! Après avoir longuement (ou non) choisi avec les yeux, on tirait en tremblant la « paille coco » (10cts de l’époque, c’était pas donné!) du bocal opaque, une seule, il fallait que ce soit la bonne. Et si magie, magie, celle qu’on tirait avait un petit cercle rouge sur sa « base » (le bout caché dans le bocal), on en avait une deuxième gratuite! Tu imagines? Pareil pour les « mistral gagnant », c’était sur le rabat qu’il fallait soulever sans étaler la poudre…
      L’ambiance de sortie d’école devant le rayon « bonbec » était intense. Filles en jupe, gamins en culottes courtes, nous étions tous morveux avec les genoux couronnés et parfois l’une ou l’un se trouvait couronné par la grâce, les yeux brillants, la tête haute, il montrait l’emballage « trésor » à la vendeuse qui lui offrait une douceur de plus.
      Je ne sais pas quel moment merveilleux les gamins d’aujourd’hui raconteront dans cinquante ans, je suis certaine qu’ils en vivent. j’espère fort qu’ils en vivent. Tout change, mais l’enfance reste. 🙂

      Répondre
      1. Frédérique

        Les pailles dont tu parles me rappellent vaguement quelque chose 🙂 Mais si ça date des années 60… soit je confonds avec autre chose, soit c’était le dernier stock de la boulangerie du fin fond de la campagne champenoise.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *