De l’importance de l’imperfection

Qu’est-ce que l’imperfection?
Du côté de la lexicographie, c’est l’antonyme du mot « perfection ».
Et la perfection est l’état de ce qui est parfait!

P A R F A I T

En plongeant dans les dédales de l’origine, en allant jusqu’à toucher la source, j’ai rapidement trouvé que ce qui est parfait fut à l’origine ce qui était achevé.
Ni plus, ni moins.

Il existerait donc un moment précis où il serait possible de parler de perfection.
Tout autour de ce moment précis, il n’y aurait qu’imperfection, puisque le mouvement est vital et que tout mouvement est non achèvement.

A l’instar de la vie, la perfection est un état tout à fait instable et c’est donc l’imperfection qui nous oblige, nous pousse, nous entraine sans cesse.
A quel moment, à l’aide de quel biais cognitif, avons nous sociétalement posé une obligation de perfection? De perfection qui serait en soi un but définitif envisageable et inaliénable ?

Désormais, dans de nombreux pays, la mise au monde d’un enfant s’effectue après une sélection drastique. Grâce à la technologie, toute imperfection du foetus (remarquable ce mot appliqué au foetus, être en devenir par définition) est traitée, souvent par élimination. Chaque nouveau-né doit être « parfait », mis au monde dans des conditions « parfaites » et commence alors la danse de ceux qui ont la charge de l’élever de manière « parfaite ».
Car aujourd’hui, certainement du fait des progrès technologiques, nous faisons un amalgame entre perfection et « sans défaut », lisse, normal, que dis-je? Mieux que normal! Parfait quoi!

Et me voilà plongée dans un abîme de perplexité.

Dans un tourbillon de réflexions naissant instantanément du « bougement » de mes raisonnements clignotent des scintillements d’idées qui me racontent combien le malaise est gigantesque pour toutes les personnes qui ont besoin d’un temps d’immobilisation afin de « comprendre » (prendre avec soi selon l’étymologie) les notions de complexité, d’infinitude, d’imperfection et donc de mouvements absolument indispensables pour pouvoir parler de la vie.

De la Vie aussi.

La Vie, notre vie à chacun, capable de créer l’imprévisible à tout bout de champ, créatrice, résiliente, inventive, est parfois tragique, parfois joyeuse, souvent joueuse, jamais « méchante », définitivement imparfaite.

J’ai la conviction que la fatigue apparait lorsque disparait le mouvement, lorsque la perfection est atteinte et qu’il devient urgent de ne plus respirer afin de la conserver.
D’une pirouette, j’en viens à me demander si le paradis n’est pas pire invention que l’enfer. Car il paraitrait qu’une fois au paradis, tout est parfait.

Donc achevé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *