De l’imprévisible

De l’imprévisible

Les pré-visions persistent et leur fiabilité reste de l’ordre météorologique, bien loin du moyen terme et encore plus éloignées du long et très long terme.
Pourtant certaines personnes s’acharnent à les afficher comme définitives!

Ce qui bouscule, en cette période qui peut paraitre trouble alors même qu’elle n’est que « normale » c’est à dire humaine, ce qui bouscule c’est qu’il devient impossible de prévoir quoi que ce soit avec la certitude d’une réalisation certaine.

Entendons nous bien : il m’est souvent arrivé de faire une promesse en ajoutant  » sauf accident » ou « si je ne suis pas morte  » car je suis vraiment claire avec les aléas de la vie. Mais, jusqu’en mars dernier, faire tout un tas de projets et imaginer pouvoir les réaliser peu ou prou « sauf accident » façonnait mon quotidien.

En ce moment, c’est « autre chose »!

Un « truc » aussi simple que la présentation (par une personne chère) d’une thèse tel jour à telle heure en présence d’un jury invité en temps et en heure pour se réunir dans un lieu réservé peut se transformer en visio-présentation sans apéro à la suite ou en report pur et simple.
Un truc aussi simple qu’un voyage sur une île pour « voir la famille » peut être annulé par « l’air du temps » sans qu’il soit possible de placer un mot.
Un truc aussi simple que la rencontre d’une amie qui serait envisagée deux mois à l’avance peut tomber à l’eau sous un prétexte venu « d’en haut ».

Nous vivons désormais non seulement avec la conscience de l’imprévisible espiègle (celui qui est le piment de la vie) mais en plus chargés d’un poids sociétal qui empêche tout élan simple vers « plus loin ».

Dans le « monde d’avant », en temps qu’individu vivant dans une société, aller « plus loin » sur « mon » chemin, c’était y aller en ressentant davantage les bienfaits apportés par cette société que les entraves qui en sont la conséquence.

Et voilà qu’un petit amas d’ARN dénommé SRAS-Cov-2ème, est venu régner en souverain couronné sur la planète!
Depuis son avènement, un jour imprécis, au fond d’un gigantesque état d’où sortent, dans d’immenses containers, la plupart des objets manufacturés que nous consommons, le petit roi a fait son chemin. S’échappant sans crier garde, il a conquis la planète et imposé sa loi.
A toute vitesse, il est devenu le plus célèbre des tas d’ARN, détrônant sans vergogne toute une faune déjà répertoriée.

Et aujourd’hui, il est impossible de prévoir quoi que ce soit sans tenir compte de la présence avérée ou parcellaire de sa majesté SRAS-Cov-2ème.

L’imprévisible n’est plus vraiment ce joyeux petit piment qui peut débarquer quand tout a été prévu.
L’imprévisible est devenu « d’état » et c’est un boulet à traîner pour qui souhaite encore prévoir une évasion à plus longue échéance que les prévisions météorologiques fiables.

Il est devenu très urgent, pour vivre encore et aller plus loin encore, il est devenu urgent de relativiser, de placer chaque fait sur sa bonne échelle.
Car pour avancer en confiance, il est nécessaire de s’épargner les chocs contre les panneaux d’interdiction, indispensable de lever les pieds pour éviter les innombrables infox et vital de garder une vue sur l’horizon.

Lundi 14 septembre 2020, bientôt 20 semaines après la mise en « liberté conditionnelle » suite au « grand confinement« . Le pays est encore et toujours « en vigilance » et chaque jour il est possible d’entendre égrainer les chiffres au sujet du nombre de personnes « non malades » mais « testées positives ». S’y ajoute maintenant le comptage de quelques décès quotidiens en lien avec la Covid. Il est actuellement interdit de circuler dans ma ville sans porter le dernier accessoire à la mode : un couvre nez-bouche, chacun étant libre de se déguiser en « chirurgien » ou en créateur.
La suite, comme toujours, reste inconnue.

2 réflexions sur « De l’imprévisible »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *