Un homme comme les autres

La langue française ayant parfois ses insuffisances, j’aurais peut-être dû écrire « un humain comme les autres ».
De quoi est-il question?
De ce hérissement permanent qui est le mien chaque fois que je sens le venin de la guerre, la respiration mécanique et sans nuances des partisans, l’envol des jugements militants qui servent le pouvoir et non l’égalité, et non l’équité.
Voilà pour la généralité.

Moi,
Moi-je
Emoi, je me suis toujours sentie un homme comme les autres, depuis l’enfance.
Jamais je n’ai considéré mon corps genré au féminin ni comme une aide, ni comme un empêchement.
Toujours, j’ai étudié ce que j’avais à étudier, j’ai pratiqué les sports qui m’attiraient, j’ai fréquenté les personnes qui me plaisaient, sans jamais considérer ni leur genre, ni leur couleur qu’elle soit politique, de peau, d’yeux, de cheveux ou de vêtements.
Je suis une humaine comme les autres et je joue ma vie dans la cours des humains, bassement humaine, fièrement humaine.

« Nous disions de la continuation vécue, à la fois mue et freinée par l’organe-obstacle, qu’elle ressemble au cycliste : elle tient en équilibre parce qu’elle roule, et elle tombe à droite ou à gauche lorsqu’elle s’arrête. »

Puis,

« L’action tombe en avant et sa solution évoque l’image d’une chute continuellement ajournée. Dans l’aventure de l’action s’accomplit à tout moment le miracle continué : de danger en danger et d’instant en instant, la chute est sans cesse reportée, le commencement sans cesse reconduit. L’action est le rebondissement continué d’une aventure toujours initiale, d’une initiation toujours aventureuse, et nous la vivons comme un beau danger… car elle n’est autre que le mystère du recommencement »

Propos de Vladimir Jankélévitch « Quelque part dans l’inachevé » de Vladimir Jankélévitch et Béatrice Berlowitz, Gallimard 1978, ISBN 978-2-07-029783


Quel rapport avec l’actualité puisque c’est toujours en me heurtant à un fait d’actualité que je réagis en écrivant?

Deux pour aujourd’hui.

1 – A la fin des années 70, j’ai eu la chance d’acquérir le statut de « cavalière », c’est à dire que j’étais l’équivalent féminin de « gentleman » et que je pouvais, à l’égal des jockeys professionnels mais avec un statut amateur (c’est à dire sans être rémunérée, donc pour mon seul bon plaisir), monter en course des chevaux de courses. Ma plus grande fierté était la suivante : j’avais acquis ce statut sur mes seules compétences équestres et sans la moindre concession.
C’était et c’est encore une fierté parce que toutes les autres (rares à l’époque) « cavalières » avaient un peu « forcé » la chance en usant de leurs charmes. Et, notez bien que ce n’est pas parce que j’en aurais été incapable que je leur en voulais : chacun est libre d’utiliser les compétences qui sont le siennes pour arriver à son but.
Par contre, je considère que faire un choix doit conduire à assumer ce choix.



2 – Hier, portée par un brin colérique, j’ai fabriqué un mouchoir à élastique (que certains confondent avec un mouchoir de poche, voire avec un masque chirurgical) parce qu’il parait que désormais, il sera interdit d’aller acheter de quoi manger sans être déguisée, mi-effacée à la mode des « biens-pensants ».
Et peu importe si je fréquente des lieux quasi-déserts à des heures creuses dans une ville où les miasmes ne sont pas légion. Si c’est la loi nationale, simplement parce que je suis un citoyen comme les autres, je devrai m’y soumettre, aussi stupide la loi soit-elle.
Parce que la « loi » pour tous est toujours liberticide pour chacun, parce que la « sécurité » pour tous conjuguée à trop grande échelle ne fait que spolier le sens critique et la raison individuelle.



Ainsi la va vie.
Et il suffit d’aller de l’avant pour éviter de s’arrêter,
Pour surtout ne pas tomber
D’un côté
Ou de l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *