Peur

« Il est étrange », disait Courteline, « qu’un seul terme désigne : la peur de la mort, la peur de la souffrance, la peur du ridicule, la peur d’être cocu et la peur des souris, ces divers sentiments de l’âme n’ayant aucun rapport entre eux ».

Mais de quoi est-il question alors dans tous ces articles où le mot « peur » est agité ?

Ce mot « peur » ressemble à tant d’autres mots vagues et s’approche du mot « aimer » en ce sens qu’il signifie tant qu’il ne signifie plus rien de bien précis!

Les gens ont peur.
« On » fait peur aux gens.
La peur engendre le pouvoir.
Etc…

De quoi est-il question dans l’actualité du moment?
Toujours du même invisible tas d’ARN dénommé SRAS-Cov-2.
Il se déplacerait dans des gouttelettes expectorées
Et même dans l’air…
A la mode de tous les tas d’ARN de son genre, quoi!
Et ils sont légions.
Mais, les médias peinent à se débarrasser, de lui spécialement, ce SRAS-Cov-2 précisément.
Il faut dire qu’en raison de l’entrée tonitruante qu’il a fait dans nos vies, allant jusqu’à nous priver de la liberté de circuler pendant deux mois (Du 17 mars au 11 mai 2020), il est vraiment difficile de le dégommer.

J’ignore tout du « comment » ce sacré SRAS-Cov-2 s’y est pris pour troubler à ce point l’intelligence et le bon sens collectif, mais le fait est qu’il agit en révélateur puissant.

En premier, c’est la peur de l’inconnu qui frappa.
Il fallait s’écarter afin d’éviter son souffle.
Puis, devant l’incrédulité du peuple incapable de bouger devant l’invisible,
Il fut décrété qu’afin d’éviter l’asphyxie des services de réanimation nationaux, il fallait s’enfermer chez soi.
Bien.
Lorsque les réanimations respirèrent dans les quelques endroits où elles avaient failli expirer, il fut envisagé d’entrouvrir les portes afin que le peuple puisse sortir un peu.
A ce moment là, il était visible que l’économie du pays était exsangue et qu’il était temps de passer à sa réanimation à elle.
Bien.
Après le peur de l’inconnu, c’était à nouveau la peur de l’inconnu qui s’installait.
A moins qu’après la peur de mourir ce ne soit la peur de la mort qui ait pointé le bout du nez.
La peur de « plus comme avant »
La peur de « plus de boulot »
La peur de « pas de vacances »
Et quoi d’autre?

La peur est un « truc » complètement irraisonné et c’est ce qui lui donne toute sa puissance et c’est ce qui donne tous les pouvoirs aux personnes qui l’agitent, quel que soit la manière de s’y prendre, contre vents et marées parfois!

Quand, perchée sur mon vélo, sans casque et en tongs (oui, c’est l’été) quand donc perchée sur mon vélo je slalome d’un trottoir à l’autre, parfois entre les voitures, la présence du risque est toujours présente dans mes pensées. Le risque de chuter, le risque de mal tomber, le risque de mourir même. Et rien ne m’empêche de poursuivre mon chemin.
Parfois juchée sur un passage étroit, je me plais à imaginer que ce passage est situé au dessus d’un ravin et je ris au souvenir d’expériences passées.
Car j’en ai passé des ravins et des cascades, marchant parfois la peur au ventre sur des planches mal jointes, imaginant malgré leur largeur respectable que mes pas allaient faillir à la ligne droite pour me précipiter dans le vide…
Car, la peur échappe à la raison!
Combien de fois ai-je eu besoin de la raison pour passer de l’autre côté?
Combien de fois ai-je dû me concentrer pour me souvenir de ma joie à marcher droit sur un sentier de 50cm et me convaincre que sur un pont de plus de 200cm de large, je pouvais tout aussi joyeusement marcher droit?
Même sans garde-fou, même sans rambardes, sans la moindre corde.
Combien de fois?
Seule face à moi même.
Car jamais nul gourou, nul tout puissant n’aurait pu résoudre MON problème en agissant de quelque manière.
Je reste persuadée que l’expérience « pour de vrai » est l’unique solution qui vaille.

Et d’une pirouette de l’intellect, me voilà projetée au milieu de notre société où trop d’expériences sont virtuelles, uniquement visuelles, uniquement suggérées tandis que le corps abritant l’intelligence est affalé dans un canapé trop mou.

Alors, là, juste ici et maintenant, je deviens pressée d’abandonner le banc de bois qui me sert d’assise devant le bureau bas sur lequel est posé le laptop. Je vais marcher, chevaucher mon vélo, aller nez au vent, chercher les expériences et les vivre, c’est une urgence vitale.

Et bien entendu, citoyenne de la ville, je vais respecter les lois et les décrets : j’habite ce monde.

Samedi 1er aout 2020, deux mois et deux dizaines de jours après la « remise en liberté » surveillée, il est obligatoire de se masquer avant d’entrer chez le boulanger. La suite est à vivre, elle est inconnue pour l’instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *