15 août 2018


La confusion règne, c’est vrai, car l’intelligence neuve au coeur des vieilles valeurs n’a pas force suffisante de levain pour faire lever la pâte toute entière et ne peut faire valoir encore un autre paradigme, mais elle témoigne d’une aurore dans l’Arche.
Annick de Souzenelle, Le féminin de l’être, Editions Albin Michel, 1997,
ISBN 978-2-226-12055-7

J’avais gardé pour la fin les deux visites qui me permettaient de tout relier.

La vallée de l’Iao est historique dans la mesure où sa luxuriance favorisa l’installation des premiers habitants. L’aiguille qui en surplombe l’entrée était un point d’observation stratégique.
Une bataille terrible s’y déroula en fin de 18ème siècle, l’anéantissement des  habitants de Maui contribua à l’unification de l’archipel sous le joug du  roi de la grande île.
Ils faisaient pas dans la dentelle à l’époque !
Elle ne fut humainement guère plus brillante l’histoire de l’industrie sucrière, bien qu’elle débuta en fin de 19ème siècle sous l’impulsion d’un fils de pasteur.
C’est toujours fou de lire sans cesse les utopies occidentales du 21ème siècle. Il suffit de se relier aux conquêtes guerrières et industrielles pour atterrir et regarder avec un pragmatisme mâtiné de bienveillance la réalité de l’humanité.
Bref.

J’en étais là dans mes pensées en entamant la journée par une longue randonnée dans la vallée de L’Iao.
Remonter les rivières est un des cheminements les plus ancestraux qui soit.
L’Iao est une belle rivière qui gambade allègrement. Dès la veille, j’étais allée lui rendre visite, m’y baigner et faire des tas de cailloux dans ses cascades.

Au niveau de Iao Valley State Parc, il est aisé de marcher sur ses flancs, la progression est rapide. Puis il faut se contenter de crapahuter d’un rocher à l’autre et enfin, il faut marcher dans l’eau, passer d’une rive à l’autre en choisissant les meilleurs endroits, ceux où le courant offre les meilleures veines et les moindres risques.

Quelle balade magique !

Ainsi je suis entrée au coeur de cette partie de l’île et c’était vraiment merveilleux, joyeux comme l’eau limpide qui saute entre les rochers et se faufile, espiègle entre les falaises. Sa fraîcheur tempérée était délicieuse, les galets tout à fait lissés étaient doux aux pieds et la pente modérée ne laissait pas le flot prendre trop de force.
Au bout l’émerveillement fut à son comble.  Parée de cascades étincelantes, d’une végétation d’émeraude, la montagne ciselée par l’érosion formaient un écrin où mon imagination se perdait en milles contes.
Le retour au monde s’effectua par la même voie.
Lorsque, moins attentive j’avançais trop vite, il me fallait faire demi-tour et passer très précisément sur le même tracé qu’à l’aller. C’était vraiment amusant de constater que sans aucun chemin indiqué, il n’y avait en fait qu’un seul chemin.

Il me restait à visiter le musée du sucre.

Juste en face de la dernière usine encore debout mais cependant arrêtée depuis l’ultime campagne de 2016, des cases d’allure coloniale laissent imaginer ce qu’était l’île sous l’empire des colons sucriers.
Le musée est remarquablement documenté dans une ambiance surannée où tout semble figé pour l’éternité.
Ce qui fut vraiment émouvant, en plus de l’histoire elle même, ce fut de constater l’intérêt des visiteurs d’origine asiatique découvrant le mode de vie de leurs ancêtres, de toucher leur émotions vive autant que leur incrédulité devant la réalité d’un passé que même les images ne leur permettaient pas d’imaginer. Un passé pourtant si proche.

Voilà. J’avais fait le tour.

Il me restait à trouver des cadeaux pour la famille.
Et ça, à la fois j’aime et à la fois je déteste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *