C’est la vie!


Découvrir cette phrase sur FB ce matin était une douce surprise.
Ce livre de C.Bobin qui n’est pas dans ma bibliothèque, je l’ai découvert en septembre, il trainait dans un gite d’étape (voir le lien « escapade 2017 »).
Il est évident que cette phrase précise n’avait aucune chance de m’interpeller à ce moment précis où j’étais tellement remplie par la marche accomplie et tellement loin d’une quelconque fatigue. L’heure était à la lenteur, à l’approche de mon objectif, j’avais même encore ralenti!

J’étais à Paris, vendredi dernier.
Déambulant dans les rues alors que la mission qui m’y avait conduite était réalisée, je me contentais de survivre.
Histoire de grappiller de l’espace humain, je tentais de capter avec insistance la vie des gens que je croisais, la vie des boutiques, des boutiquiers (j’ai acheté des livres…), des passants pressés, errants avec ou sans domicile fixe. Je n’avais que « ça » à faire en attendant le train retour.

Et, voyant les centaines de personnes attablées en terrasse, les centaines de personnes consommant avec compulsion, les centaines de personnes avalant d’improbables aliments, marchant, clavardant, isolées dans leurs bulles, en voyant tous ces gens, en tongs ou collet serré, tous ces gens si différents et cependant « parisiens » je sentais à quel point la capitale est intensément fatigante.
En miroir à ma fatigue intensément ressentie de manière passagère, je compatissais avec toutes ces personnes pour qui « consommer » est le seul remède à leur stress. Consommer plus et plus vite, de tout, de rien sans le moindre repos puisque le repos lui-même est consommable, donc limité.

J’ai traversé Paris à pieds.
J’avais le temps.
J’ai traversé pour commencer le plus grand espace vert parisien : le Père Lachaise.
Les touristes y galopaient, le nez sur le plan qu’ils avaient acheté à la « bonne » entrée.
C’est très agité, le Père Lachaise.
Puis, j’ai longé des rues et des rues, alternant la marche à l’ombre avec la marche au soleil en fonction de mon besoin.
Je suis arrivée à la gare avec trois heures d’avance.

Pour passer le temps, j’ai pris un ticket dans le rayon « guichet-départ ce jour ».
je n’avais que ça à faire.
Arrivée « à mon tour » devant la guichetière désabusée,
J’ai appris ce que je savais, mon billet n’était pas échangeable, il était trop bon marché!
J’avais cependant gagné du temps, environ 30mn pour 20 numéros!
J’ai fait un saut au low-coast alimentaire d’en face, puis une bouteille d’eau dans une main, un infâme sandwich dans l’autre, je suis allée m’asseoir face à la gare.
Depuis le matin et la belle conversation avec mon éditrice, aucun autre mot que « bonjour, merci, bonne journée/bon courage » n’était sorti de ma bouche.
Et là, sur les gradins jonchés de papiers gras et de canettes vides, j’ai observé les échanges entre un black énervé, une ancienne sdf (à ce qu’elle a dit) et un black hyper cool.
Tranquille.
Tranquille en attendant l’heure du train.
Et,
Le black énervé est venu s’asseoir à mon côté.
Et… Ce fut la deuxième conversation de la journée.
Tranquille.
Elle aurait pu devenir interminable.

Puis, l’heure du train est arrivée.
J’étais fatiguée.
Réveillée depuis cinq heures du matin, je pensais à ma couette et à son lointain abris qui ne serraient accessible que sur le coup de minuit.
J’étais fatiguée.
J’ai acheté des bonbons… Le sucre est une drogue puissante qui permet de lutter contre la fatigue… et le stress…

Ce vendredi passé, le temps vécu à non-vivre fut très long à mon goût.
Trop long.
J’avais, longtemps avant, décidé d’économiser sur le prix du billet.
C’était un choix.
La prochaine fois, il faudra me payer cher pour une telle aventure.
J’ai définitivement besoin de vivre dans un espace qui respire une vie plus vive.

Une réflexion au sujet de « C’est la vie! »

  1. Frédérique

    C’était donc ça les bonbons 🙂

    A lire ton message, j’ai des images plein la tête !
    Comme je ressens ce que tu dis !

    J’ai beaucoup de mal avec Paris. Pourtant, on dit que cette capitale est jolie, pleine d’Histoire, pleine de découvertes. Pour ma part, je préfère Bruxelles plus verte, plus ouverte. Londres de mon souvenir de lycée m’a semblé également plus abordable.
    Paris est synonyme de gris (bâtiments gris, sol gris, ciel gris, pigeons gris (et difformes)…), d’odeurs (pas très bonnes les odeurs… quand je sors du TGV et que les relents m’assaillent, là je peux me dire « Ca y est, je suis à Paris »), de stress… les gens pressés, qui marchent très vite dans la direction qu’ils doivent atteindre, vite, vite, comme emportés par une même vague et gare à la personne qui va à contre-courant (je me suis déjà fait enguirlandée pour cette raison). La sonnerie du métro qui avertit que les portes vont se refermer… vite ! Il faut se tasser dans un wagon. Même dans le parler, parfois, cela va vite… j’ai plusieurs collègues parisiens qui parlent à vitesse grand V ! Difficile parfois de les suivre.
    Il y a de la vie à Paris, beaucoup de vie même, trop de vies ! Je suis peinée quand je vois les visages des usagers du métro…
    Je mets les pieds à Paris uniquement quand mon travail m’y oblige. Je me sens oppressée par cette ville. Je la laisse volontiers aux Parisiens qui y trouvent sûrement leur compte.

    Souvent, j’ai ce même sentiment d’oppression dans les grandes surfaces ou les galeries marchandes, où sont étalées les invitations à la consommation.

    J’ai définitivement besoin de beaucoup plus de verdure et de calme ! Chacun son truc 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *