Violence


Nul doute que ce mot résonne aux oreilles de chacun.
Violence.
Du latin violentus.
Et instantanément, chacun sens monter une émotion forte en écho d’un ou plusieurs souvenirs, d’une ou plusieurs visions, d’une ou plusieurs lectures, d’une ou plusieurs oeuvres d’art.

Je suis encore incapable de déterminer précisément dans quel ouvrage je me suis lancée.
Je sais que pendant quelques semaines ou quelques mois, chaque nouvelle journée qui s’affichera sur la calendrier m’offrira un moment où il faudra que je me fasse une douce violence pour avancer plus loin sur le projet.

C’est qu’il y a pas moins de 25 chapitres, suivant l’ordre de l’alphabet, de A comme Averti à Z comme Zeste en passant par E comme Empreinte, I comme Idéal et V comme… Violence.

Il y aura peut-être ici quelques éclaboussures ?
Peut-être pas.

Aujourd’hui, j’ai ouvert le chapitre 22 qui commence par V.
V comme Violence.
Oui, je fais ce que je veux, dans l’ordre qui m’inspire, en fonction de ce que je lis, de ce que j’entends, de ce que je ressens.
Il n’y a qu’une limite que je m’impose : faire rentrer chaque chapitre dans un chapitre et éviter d’en faire un livre entier!
Et pour « ça » il faut que j’use de la force et que je me fasse violence!

3 réflexions sur « Violence »

    1. Joelle Auteur de l’article

      W! 🙂
      Et il n’est pas encore exclu que je tente un peu d’anglais… Car il suffit de dire working people, wonderfull, woman, words and so and so pour que s’ouvrent autant de champs remplis d’idées fleurissantes.
      So… Why not?
      En français dans le texte, of course! 😀

      Répondre
      1. Marie

        Wagon, ne t’inspire donc rien, c’est surprenant! Whisky non plus… 😉
        Sinon, tu dis:
        « Il n’y a qu’une limite que je m’impose : faire rentrer chaque chapitre dans un chapitre et éviter d’en faire un livre entier! Et pour « ça » il faut que j’use de la force et que je me fasse violence! »
        C’est effectivement tout un art, pourquoi te faire violence, et ne pas faire comme d’autres une série de livres? Chaque mot est un mystère, un voyage. Qu’on la vive, la subisse ou qu’on la regarde impuissante, la violence, est associé la souffrance. Dur chapitre! j’attends avec impatience!

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *