L’école d’équitation -1

Carte datant de 1978 en vente sur un site de collectionneurs


« On y va mardi soir à 18h » avait dit mon père.

J’avais moins d’une semaine à patienter et dix milles questions en tête.
Comment m’habiller, par exemple.
Je n’avais que deux pantalons, un « fuseau » de ski et un pantalon de survêtement en molleton bleu passé. Au lycée, il était encore interdit de porter un pantalon lorsque la température était supérieure à -10°C, donc tout le temps! Acheter un simple jean était, de fait, une dépense considérée comme superflue par mes parents.
J’ai décidé que le survêtement allait faire l’affaire et que les « spring-court » seraient plus chics que les grosses bottes de pluie que je détestais.
Dans cet accoutrement « touristique » il est certain que je n’allais pas avoir le superbe look des cavalières que je voyais parfois dans Paris-Match, mais avais-je le choix?
je n’étais ni la princesse d’Angleterre, ni Janou Lefèvre et j’en était pleinement consciente.

Et vint le jour J.
Mon père me conduisit en voiture. Il gara son Opel Kadett grise derrière une belle BMW vert métallisé. Il me tendit la carte rose et ajouta : « Tu vas te débrouiller, hein? Je vais t’attendre là. »
Qui n’a jamais mis les pieds, seul, dans un lieu totalement étranger et absolument inconnu, un lieu où personne ne l’attend, peut difficilement comprendre l’état dans lequel j’étais en descendant de la voiture.
Ca sentait fort le Crésyl.
Devant moi une petite maison cachait une lumière blafarde qui semblait s’élever en arrière, des pigeons roucoulaient mais l’endroit semblait désert.
Courageusement je me faufilais dans un espèce de couloir entre deux bâtiments et je « tombais » sur une cour entourée de boxes. Beaucoup étaient ouverts, vidés de leurs pensionnaires.
J’étais hyper mal à l’aise, remplie de questions, déboussolée.
« Vous cherchez quelque chose? » Un homme mal accoutré, des brins de paille dans les cheveux et une fourche à la main me questionnait.
« Je viens pour monter à 18h » furent les seuls mots que j’articulais, mais c’était les bons.
« Et ben, c’est comme d’habitude, il faut aller faire pointer votre carte au bureau. »
La réponse était suffisamment laconique pour que je n’aie pas envie d’en demander davantage. Où était donc ce fameux bureau ?
Je revenais sur mes pas.
Magie, une pièce s’était illuminée au rez-de-chaussée de la petite maison roucoulante.
En suivant la lumière, je trouvais le bureau. Un garçon d’environ 14-15 ans était assis sur un banc posé le long du mur. Il portait un jean rentré dans des bottes noires, c’était certainement un cavalier. Je m’assis sans rien dire, à l’exact opposé de lui, sur le même banc. Et j’attendis. D’autres personnes arrivèrent.
Enfin d’un coup il y eut un frémissement, une odeur de tabac blond précéda un relent de parfum vétiver et le maître de manège fit son entrée. A vue d’oeil, il avait l’âge de mes parents mais la ressemblance s’arrêtait là. Il était l’élégance même, un sourire malicieux plissait des yeux d’azur et faisait remonter une fine moustache blonde jusque sur ses joues.
Il prit place derrière le bureau, sortit un tampon et lança un tonitruant : « Alors, à qui le tour? »
Les « habitués » posaient leur carte rose devant « le maître », il tamponnait la date d’un coup sec et balançait le nom d’un cheval.
Je passais en dernière. Il me dévisagea. « Vous êtes nouvelle? C’est la première fois?  »
J’acquiesçais sans mot dire.
J’avais eu tout le temps nécessaire pour apprendre par coeur le tableau du planning des reprises, je savais que j’étais dans la « bonne », celle des débutants 1.
« Vous prendrez Mont D’Arbois »
Et voilà, y’avait plus qu’à.
Et ce fut un nouveau challenge.
Dans la cour entourée de boxes, j’ai cherché la monture qui m’avait été attribuée.
J’ai trouvé.
Un immense cheval bai cerise attendait, déjà sellé et bridé, derrière une des portes vertes fermées à double verrou.
Immense, gigantesque.
C’est vraiment grand un cheval, pensais-je, comment vais-je faire maintenant ?
L’homme avec de la paille dans les chevaux interrompit mon hésitation en ouvrant grand la porte. « Alors, vous y allez oui ou non? La reprise va commencer et vous avez intérêt à pas être en retard » lança t-il en me mettant les rênes dans les mains et en me montrant du menton qu’il fallait illico presto me diriger vers le manège.

L’avantage d’arriver dans les derniers, c’est qu’il suffit d’observer et de faire comme les autres. Ainsi, suivant le modèle proposé par la dizaine de cavaliers déjà présents, je tirais sans difficultés le brave Mont d’Arbois jusqu’à le mettre en rang au milieu du manège à côté de ses compagnons. Visiblement il savait très bien ce qu’il fallait faire.

Lorsque le maitre de manège entra et claqua derrière lui la lourde porte pare-bottes, nous étions une douzaine, pied à terre, tenant plus ou moins académiquement notre monture à côté de nous, alignés presque droit sur la ligne centrale dans la longueur du manège.

J’étais à l’Ecole d’Equitation et j’ignorais absolument tout de ce qui allait maintenant se passer.

A suivre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *