Cephalanthera rubra

Décrit par Carl Von Linné en 1767 puis par le français Louis-Claude Richard en 1817.

Le Céphalantère rouge apprécie les sous-bois clairs et fleurit, selon l’altitude, entre avril et juillet.
Cette plante est réputée pour sa capacité à disparaitre pendant des années d’un lieu où elle réside depuis longtemps, puis de réapparaître sans crier gare.
Aucune autre explication que sa grande sensibilité au contexte environnemental n’est envisagée à ce jour.
Elle survit fort longtemps de manière végétative (donc invisible à nos yeux) grâce à l’étroite symbiose entretenue avec les champignons micorhiziens qui lui apportent alors la nourriture indispensable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.