La source


Hier, dans cette île aride où l’eau coule aux robinets grâce à l’usine de dessalinisation, j’ai découvert une source.

Non, en fait, je suis montée à la source.

Comme je le fais consciencieusement depuis des années au sujet de tout et de rien, j’ai « remonté » le fil aussi loin que je pouvais le faire.
Ce fut à quatre cents mètres d’altitude augmentés de quatre mètres de verticalité, pas plus.

En partant de la maison, j’avais rentré une direction dans le GPS de mon smartphone.
En voiture, nous sommes allés au bout de la route.
J’ai garé la voiture en plein vent au bord du précipice, c’était le seul endroit possible pour la garer. Le vent obligea mon homme à se passer de couvre-chef, il avait trop peur de le voir s’envoler… le couvre-chef!
Une centaine de mètres plus loin, la falaise coupait les tourbillons et nous avancions à l’abri.
Quelques centaines de mètres encore et une vasque était offerte aux oiseaux, remplie d’eau limpide.
Cette découverte était en elle-même satisfaisante.
N’étions nous pas sur un site ancestral (pré-hispanique) et devant un panorama remarquable?

Les nombreux oiseaux virevoltaient, des mésanges bleues allaient et venaient portant inlassablement de la nourriture à leur nichée. Le silence était assourdissant du chant de la nature. La roche portait en elle l’histoire récente et passée. Rabotée à la machine pour dégager le point de vue et attirer les touristes, elle affichait les stigmates de notre hâte moderne tandis que les gravures ancestrales restaient enfouies sous les lichens loin de la portée du regard des gens pressés.

D’où pouvait venir l’eau de la vasque si bien construite, tellement visible?

De plus haut, c’était certain.
Et de plus loin encore.
Si le « plus loin » m’était inaccessible, le plus haut immédiat semblait à ma portée.
Il suffisait de grimper un peu, de trouver des prises fermes dans la roche friable, de poser mes pieds aussi légèrement et furtivement que les chèvres le font, mais en conscience, avec une folle prudence. N’avais-je pas gardé les clés de la voiture dans la poche ? je n’avais pas le droit de décrocher…

Alors, je suis arrivée là où l’eau sortait de la montagne.
Devant, j’ai pu caresser une pierre tout à fait lisse, finement polie.
Je l’ai caressée,
Avec émotion,
Reconnaissance.
Etait-ce le poil du cou des chèvres, était-ce le frottement des plumes des oiseaux, était-ce le frôlement des bras des terriens qui avaient poli cette pierre?
Je ne sais pas.
Le temps était passé par là.
Un temps long, très long, plus vieux que mon temps, à moi.
Un temps plus ancien encore que celui de ma mère,
Récemment éteinte,
Comme s’éteint une dernière braise,
Sans le moindre bruit,
Elle qui avait oublié depuis des mois la notion du temps qui coule.

J’aime intensément ces instants formidables où l’essentiel se rassemble,
Rien
Tout.
Seule.
Ensemble.

Et je suis redescendue sur terre.
Et nous avons observé le va et vient des oiseaux.
Et nous avons rejoint la voiture.
Il était l’heure d’aller ramer,
De me fondre sur l’océan.
Le soleil baissait,
J’étais soudain pressée!

1 réflexion sur « La source »

  1. Patoche

    Récit profond, apaisant, quelques mots pour partager la communication avec la nature. Encore un endroit de paix intérieure ! .j’adore.

Les commentaires sont fermés.