28 juillet 2018

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La vague s’incline
Et l’océan se dresse,
Et l’océan secoue les vagues.
L’océan joue au calme et à la tempête,
L’océan joue à éclabousser les vagues.
Ce n’est pas la vague qui sert,
C’est l’océan qui joue.
Yvan Amar, Les Nourritures Silencieuses, aphorismes, Les Editions du Relié, 2000, ISBN 2909698-51-3

Après un sommeil réparateur, nous avons à nouveau sauté du lit très tôt.
C’est toujours étrange de constater que n’ayant rien d’autre « à faire » que d’attendre, nous nous sommes précipités dans l’attente : arriver dans un simple « abri-bus »,  avec deux heures d’avance, afin de monter dans un avion « autobus-local » de neuf personnes où notre place était réservée, c’est un exploit dont nous seuls étions capables, d’un commun accord et sans le « faire » vraiment exprès.

Nous avons attendu.

Puis, nous avons été appelés et placés en rang par deux, dans l’ordre où nous devions nous asseoir derrière les pilotes afin de répartir nos masses respectives dans le minuscule « Cessna ».
Et nous avons traversé le « channel » une première fois.
Le nez collé au hublot.

Nous avons découvert le « channel » de ce jour là, ses calmes, ses agacements, ses pointes de colère, ses vagues, son courant, tout était visible.
Nous l’avons traversé si vite!
Nous l’avons regardé à la vitesse d’un survol, comme on regarde une vidéo que certains qualifient de didactique, une vidéo (par exemple) qui expliquerait en 30mn aux futurs parents ce que pourrait être la mise au monde de leur enfant!

E.T et moi, de par nos expériences respectives, étions capables d’agrandir infiniment ces trente minutes, de les combler d’une multitude de détails, de doutes, d’incertitudes, de joies et de délivrances.
Il est probable que pour notre ami qui n’avait jamais rien vécu de tel, des pensées germaient et buissonnaient, se nourrissant à coup d’imagination et de références virtuelles.

Minuscule avion, temps de vol court, atterrissage éclair, sortie immédiate.

Molokaï!

Moins de 24h plus tard, nous serions sur les flots au milieu du Ka’waï Channel.

Il y avait un grain de surréalisme dans ce que j’étais en train de toucher, de vivre.
Il y avait une acrobatie du temps,
Tellement de relativité,
Tant de réalité,
Un grain de cette folle sagesse
Dont je raffole.

Tout les ingrédients étaient présents, enfin rassemblés.

Restait l’attente,
Sous un soleil de plomb,
Sur la plage dorée déserte
Sur la terrasse encombrée
Sous le flot des paroles inutiles du briefing
Au coucher du soleil
Au lever de pleine lune
Dans la nuit.

Restait l’attente

2 réflexions au sujet de « 28 juillet 2018 »

  1. Marie

    Mmmm quel évasion ! Cela donne vraiment envie d’y aller, mais c’est trop loin pour moi.. le petit avion, nous connaissons.
    Le nôtre partait de Guatemala city, et arrivait près de Tikal. En survolant la forêt vierge, le pilote, plein d’humour, montrait quelques carcasses d’avions similaires, écrasés au sol envahis par les lianes.
    A l’arrivée la piste tenait dans un mouchoir de poche, et une petite fille à croquer nous attendait.
    Les yeux écarquillés, elle guettait, son petit ventre rond en avant, ses chaussures en plastique roses au pied! Qui allait sortir ?
    Qui sont ces fous du bout du monde?
    Elle n’était pas seule, une poignée de gens étaient là, les guides entre autre et chauffeurs.. Pourtant François et moi n’avons vu qu’elle: son attente nous a marqués!
    Tranquillement, nous nous sommes éloignés pour partir à pied vers le chemin qui conduisait aux ruines à travers les arbres. Nous aurions dû suivre les guides et mini cars, notre réservation l’exigeait.. De la foule et ne rien voir de la forêt?
    Pas question. Ce n’était pas ce que nous attendions! Au retour la petite était encore là , fascinée. Le temps d’un verre en musique , et d’un dernier regard, l’avion nous attendait…

    Répondre
    1. Joelle Auteur de l’article

      J’adore ton récit et la vision de cette fillette. Tu pourrais nous raconter plein de belles histoire toi aussi 🙂
      Le Cessna était en parfait état. J’avais comme seule expérience de ces mini-avions le souvenir des petits avions malgaches maintes fois « raccommodés » et de fait un tantinet inquiétants et que pourtant j’appréciais, justement parce qu’ils partaient et arrivaient sur de mini-pistes au milieu de nulle part.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *