23 juillet 2018


Nous avons chacun attendu les premières lueurs du jour pour sauter du lit.
Chacun avait eu un sommeil laborieux et en pointillé, nos apparences étaient cependant « normales ».
Le programme de la journée était assez dense, peuplé de ces « il faut » tout à fait incontournables et nécessaires dans l’organisation d’un challenge.

Et en premier il fallait envisager le « breakfast ».
E.T déclara qu’il avait rêvé de pancakes, nous étions prêts à lui permettre de réaliser son rêve et même à l’accompagner.
Lui savait parfaitement où il souhaitait aller. Il nous a donc conduit tout en nous faisant du même coup visiter en voiture les rues d’Honolulu et de Waikik. Puis, il se gara devant l’US Postal du coin en nous montrant la boutique typique d’en face.

Et là, ce fut la découverte :
D’abord une foule bigarrée en train se goinfrer, sur le trottoir, sur les escaliers, en terrasse, dans la salle. Partout.
Ensuite, l’hôtesse qui demande le nombre de personne et la place où nous désirons manger et nous donne en échange un objet connecté prévu pour nous « sonner » quand la place sera libre.
Puis, les pancakes version « XXXXL hawaï c’est l’amérique »
J’ai fini par demander un doggy bag et hop, le petit-déj du lendemain était emballé!

Le reste de la journée ne mérite pas de description particulière.
Nous avons acheté une carte SIM, fait les touristes, salué les personnes qu’E.T avait à saluer,  avalé notre première « shave Ice » aux couleurs fluo, découvert la note astronomique (à l’image du coût de la vie local) en faisant les courses au supermarket local et la nuit arrivant, il fut temps de rejoindre la case.

A noter cependant que pendant cette journée mémorable, nous passions tour à tour dans le monde parallèle bien connu des personnes fortement jetlaguées.
Tour à tour, nous avons eu l’impression d’avoir ingéré quelque forte drogue tout en ayant l’assurance d’être pourtant tout à fait clean.
Quand l’un habitait son cerveau au point de pouvoir se diriger, se repérer efficacement voire même penser selon ses habitudes, l’autre, voire les deux autres, étaient incapables de suivre de manière « normale ».
C’était à la fois drôle, irrésistible et à peine agaçant, donnant lieu alternativement à des échanges surréalistes, à des décisions improbables et à des accords du style « vas y je te suis, j’suis pas capable de faire mieux! »
Et, c’était vraiment savoureux parce que nous étions trois dans le même bateau!

Une réflexion au sujet de « 23 juillet 2018 »

  1. Frédérique

    A nouveau, encore des images de film 😀 Des pancakes XXL ! Des glaces fluorescentes (étaient-elles réellement fluos ou était-ce un tour de votre jetlag ?) et les univers jetlagués 😀
    Savoureux !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *