Toujours plus


Tout est résumé par l’image ci-dessus.

C’est un peu court comme texte?

OK.
Toujours plus… nous consommons toujours plus
Toujours plus… nous sommes toujours plus polluants
Le plus loin possible… L’important étant que nous ne voyons rien de nos yeux.

Que les mots sont insuffisants!
Moi qui aime dire « à plus loin » en pensant au ciel et à l’horizon,
Voilà que je parle de « plus loin » en pensant aux ouvriers esclaves qui crèvent, aux lacs de boues toxiques, aux paysages défigurés, aux monceaux d’immondices que nous produisons tous… au loin!

Et oui…
Ce matin, il était question des terres rares dans mon poste de radio préféré.
C’est un sujet à la mode ces jours-ci!
C’est toujours amusant de voir que parfois je suis à la mode, l’espace de quelques jours, en regardant toujours plus loin que le bout de mon nez.
La mode va passer.
Mon nez va rester.

Et puis, sitôt avalé mon premier café,
Comme par hasard
La première « actualité sur laquelle « je tombe » grâce aux algorithmes
Savamment calculés des réseaux sociaux que je consulte sur mon laptop
Dont je ne pourrai me passer
Bien qu’il soit
Bourré de terres rares et alimenté à l’électricité nucléaire
Je tombe donc sur une page d’artisanat d’art
Ventant l’art brut, la matière respectueuse
Respectueusement produite.
Et donc… je découvre des objets de décoration
Certes fort agréables au regard.

Car personne ne mangera dans ces poteries brutes
Aussi belles que celles que j’ai vu en Afrique
Celles qui étaient là-bas « la vaisselle » ordinaire avant que le plastique
Occupe le terrain.
Car personne ne se drapera dans les tissages
Aussi beaux que ceux que j’ai vu dans les montagnes berbères
Ces tissages qui réchauffaient avant que les fringues recyclées
Ne débarquent de chez nous.

Toujours plus
Toujours plus de décoration,
Toujours plus d’inutile
Toujours plus d’utile
Toujours plus de facilité
Toujours plus de confort
Toujours plus de consommation
D’argent échangé
Et d’inconscience de « tout ça »!

Nous sommes simplement, totalement, formidablement humains
Et l’homme est un loup pour l’homme
C’est bien connu.

Et qu’est-ce que je fais de « tout ça »!
Ben…
Logiquement, parce que je vis avec mon temps
Comme ma grand-mère me l’a appris,
Je l’écris sur mon laptop,
Plein de terres rares
Alimenté grâce à l’électricité nucléaire
Afin de stocker mes réflexions en goguette
Dans d’énormes mémoires
Sises dans d’énooooooormes hangars
Qu’il faut réfrigérer
A grand coup de précieuse énergie
Qui coûte
Et bouffe les vies.

Et c’est la vie,
Sans marche arrière possible
Faire plus, c’est toujours plus!

2 réflexions sur « Toujours plus »

  1. Frédérique

    Voilà un paradoxe joellien que j’ai toujours du mal à saisir. Bien qu’ayant conscience de l’empreinte néfaste d’un objet sur l’environnement (ici, le laptop), tu continues à l’utiliser, sans remords apparent. Ou alors est-ce du fatalisme ?
    J’aimerais bien comprendre, car c’est un point essentiel à mes yeux que personnellement, j’ai du mal à accepter… je navigue souvent dans la culpabilité sur ce sujet, et pourtant il me serait bien difficile, voire impossible, de me passer complètement de mon laptop, de mon réfrigérateur, de ma machine à laver, de mon congélateur, de ma voiture… et tout cela pollue… 🙁

    Répondre
    1. Joelle Auteur de l’article

      Nous avons abordé ce sujet sous d’autres angles et il est toujours bien présent à ce que je lis.
      😉
      Que pourrais-je ajouter que tu ne saches pas déjà?
      Répéter peut-être?
      – La pensée binaire bien/mal, noir/blanc, vrai/faux est un véritable piège dont il est difficile de sortir
      – Il y a une différence entre les belles histoires de vie et l’histoire de la belle vie
      – La personne à qui il est habituel de mentir est… soi-même
      – Il est indispensable pour exister de trouver un équilibre entre nos paradoxes, ce qui signifie que l’existence des paradoxes est indissociable de la réalité de la vie.
      Ce qui signifie aussi que le mouvement est indispensable, aucun équilibre n’étant définitif.
      – Comprendre est différent d’accepter
      Et en très légère digression, voici une image confectionnée hier par un ami: connaissant à la fois et l’ami et mon expérience de la vie, ayant parcouru l’océan hier sur ce parcours et ne me lassant jamais des métaphores, je trouve que cette image est un bon résumé! 🙂
      la vie n'est pas une ligne droite

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *