100% féminin


La photo date de 1920.
Ma grand-mère âgée de 19 ans pose avec son premier enfant.
Un fil qui restera unique.

Hier, sur « le mur » d’une amie, je lisais une discussion où il était question d’apparence féminine.
L’attitude des mâles était l’objet de la controverse sur le ton « c’est toujours eux qui décident ».
En filigrane, je lisais ce que je déteste lire, une espèce de théorie du complot selon laquelle les femmes seraient de « pauvres petites choses » soumises à la contrainte de « l’autre genre ».

Il était vain de tenter toute « réaction » sur ce mur, j’ai gardé l’idée de ce petit billet sous le coude.

Car, un mystère a longtemps préoccupé les cerveaux des « savants », ces personnes du « bon genre » qui ont fait couler tant d’encre pour définir un statut aux humaines si différentes d’eux.
Différentes car non pourvue d’appendice extérieur.
Différentes car fluettes de voix.
Différentes car d’un tour de taille fluctuant.
Différentes pour plein de « bonnes raisons », de manière très factuelle.
Ce mystère,
Ce mystère quel était-il?

Ce mystère, c’est que ces personnes si différentes donnaient naissance à des enfants différents d’elles, à des enfants pourvu d’un appendice bien visible et plein de promesses.

Ce fait a engendré beaucoup, beaucoup de réflexions et d’actions parmi ceux qui désiraient se reproduire à l’identique et qui n’avaient pas d’autre choix que l’acceptation.

L’acceptation des faits.

Nous sommes tou(te)s né(e)s avec une étiquette « 100% made in femme » collée au corps.

 

 

3 réflexions sur « 100% féminin »

  1. Frédérique

    Beaucoup de remue-ménage dans ce billet…

    Quelques échos car parfois j’ai l’impression d’être mise de côté par rapport à mes collègues masculins.

    Parfois je me dis que la vie de mon conjoint est bien plus simple que la mienne, qui intègre dans mon agenda quotidien les enfants, la logistique de la maison, la logistique des repas en plus de la logistique du boulot… et pour le coup, dans la sphère privée, c’est souvent moi la référente (avec les instants de ras le bol que cela amène parfois, tant j’ai l’impression de devoir être partout), alors que l’on clame l’égalité de la répartition des tâches…

    Vaste sujet 🙂

    Nous sommes complémentaires, c’est sûr. Je me demande toujours quelle est la place de la femme dans notre société. La vraie place. Pas celle que la société aimerait que nous occupions. Mais peut-être n’y a-t-il pas de *vraie* place au final, juste celle que nous voulons occuper. Vaste sujet, vraiment.

    Répondre
    1. Joelle Auteur de l’article

      J’ai commencé par lire « remue-méninges » et puis j’ai réalisé que c’est « ménage » qui est écrit!
      J’ai souris.
      Oui, le sujet est immense et il ne vient pas de sortir.
      Je sais la place que j’ai prise en me considérant « un homme comme les autres », un homme avec la capacité supplémentaire de faire grandir des enfants dans mon giron.

      Quelle place la société fait-elle à la femme?
      Je ne sais pas répondre, ou plutôt je crains de répondre que « la société » prenant au sérieux son rôle de protection des plus faibles, que « notre société » donc, considère les femmes comme des êtres faibles…

      Quelle place chaque femme souhaite t-elle occuper dans la société?
      La meilleure, certainement… Et le meilleur pour l’une est différent du meilleur pour l’autre tout comme un souhait reste en l’état de souhait sans action pour le réaliser!

      Quel remue-méninges! 😀

      Répondre
      1. Frédérique

        Encore un écho 🙂
        Je relis notre échange avec un sourire 🙂

        Car ce billet sur le binôme homme/femme me renvoie à ce billet : http://www.passagedevies.com/2018/04/et-poussent-les-fleurs/#comment-906 et plus particulièrement les commentaires sur les prénoms. Et notamment les prénoms mixtes, à la fois masculin et féminin. Je trouve cela savoureux au final.

        Je n’ai pas plus de réponse à ce jour sur le rôle de la femme dans la société, si ce n’est ce que j’ai écrit : celui que chaque femme se trouve pour elle-même. Encore faut-il déjà se trouver/se sentir/habiter son corps de femme. Comme tu le dis souvent, finalement cela revient à danser, un coup femme, un coup homme. Je ne sais pas si je suis claire mais en tout cas, je me comprends 😀

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *