C’est le départ qui est important

Habituellement, on entend dire : « C’est le chemin qui est important ».
Et il va sans dire que j’ai moi-même benoîtement répété la sentence, comme il est commun de répéter les aphorismes, sans vraiment penser, juste pour avoir l’air important de la personne qui fait une assertion consensuelle histoire de ne rien dire!

Parler pour ne rien dire meuble le silence.

Ecrire en silence est une tout autre aventure dans laquelle je ne cesse de m’obstiner!

Habituellement, on entend dire : « C’est le chemin qui est important » et j’ai envie d’écrire « C’est le départ qui est important »

Comment, sans aucun départ, un quelconque chemin pourrait-il se vivre?

Nous sommes tous partis un jour.
Le premier départ, celui qui nous pose un pied dans la vie est hors de toute conscience, il est naturel, c’est un passage de vie, la naissance.

Puis après la naissance, tout un tas de véritables départs se succèdent, ils sont tellement « normaux » que personne n’ y porte grande attention sinon pour le scoop qui s’y attache « premier mot », « premier pas », « première classe », etc… Le fait est que ces départs là ne sont pas choisis, ils débarquent et ensuite chacun s’empresse pour donner de l’importance au chemin, c’est assez logique.

Quand vient l’heure du choix, le choix est-il vraiment un choix?
Je ne sais pas.
Il est commun de parler de choix.

Nul doute, il existe cependant des choix qui permettent de vivre intensément la crainte d’une certaine liberté.

Et alors, le départ, un point invisible que chacun nomme « départ » selon ses propres références, ce départ là est essentiel.

Car viennent ensuite les préparatifs et la nécessité de s’alléger au fur à mesure que s’amoncellent les questions.
Se préparer, histoire de voir arriver le départ.

Et partir.
A l’aventure.
Oublier la routine qui refuse les imprévus.
Cueillir les surprises
Absolument imprévisibles
Et avancer
Vers plus loin.

Et quand le but est atteint,
Constater que le but
Est plus loin
Et qu’un nouveau départ
Devient indispensable.

3 réflexions sur « C’est le départ qui est important »

  1. Sauf-i

    « Souvent, tu ne sais pas pourquoi tu pars, et ce fut mon cas. Mais quelque chose se passe ensuite et te fait devenir un pèlerin pour toujours, même lorsque tu ne marches pas. »

    « Le sac à dos de ta vie devient alors plus léger. Tes priorités et tes valeurs changent, tu n’es plus le même et tu découvres que tu vas vers un chemin spirituel qui est en train de naître dans ton cœur. Puis tu prends la voie que tu dois prendre dans la vie et, cette expérience de peu de jours aura marqué ta vie profondément et… Tu n’es plus le même qu’à ton départ. » Angela Seracchioli (http://www.diquipassofrancesco.it/)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *