Ophrys aranifera

Décrit par William Hudson en 1778

Cette jolie fleur bien présente sur nos dunes au printemps est dénommée Ophrys aranifera sur le guide des Orchidées sauvages de Loire-Atlantique auto-publié par Jean-Yves David en 2008.

Nous sommes longtemps après 2008 et l’évolution des connaissances complexifie considérablement l’identification des espèces. Dans la famille des Orchidacea, il y a le genre Ophrys et à l’intérieur de ce genre, il y a des sections, des complexes et un paquet d’espèces dont O.araneola, O.incubacea (signifiant…incertaine) O.sphegode et d’autres encore mais pas d’O.aranifera!
Qui est donc l’oiseau coquet qui enchante nos yeux en mars?
J’en ai temporairement perdu mon latin. Et je me suis écorché les yeux sur les livres et sur les écrans.
Et puis, par chance, les orchidées sauvages devenant à la mode, les sites savants ont bien fleuri (depuis mes premières publications) et il y a ici une clarification. L’Ophrys araignée (aussi nommé Oiseau-coquet) serait en fait un Ophrys guêpe, Ophrys sphegodes subsp.shegodes pour être précis.

Il apparait dès le mois de mars sur les zones dunaires de nos rivages.

Aux premiers beaux jours de la fin de l’hiver, je me plais à leur rendre visite quand le coefficient de marée me dit que Port aux Anes est le meilleur endroit pour mettre ma pirogue à l’eau et prendre le large.
Les embruns, le sable qui vole, rien ne semble les déranger, elles restent fidèles au poste année après année. Il faut les chercher un peu car les orchis bouffon, qui souvent sont sur le même spot, lui volent la vedette grâce à leur violet flashy. Mais sitôt que nos yeux se programment en sa faveur, c’est vers elle que nous nous penchons à tous les coups!

Les cordons dunaires du nord de la Loire lui plaisent tout autant.

Pleine Floraison en avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.