Anacamptis Pyramidalis

Décrit par Louis Claude Richard en 1817

L’orchis pyramidal est facilement visible. Un jour où je me suis arrêtée sur la route vers la plage, j’ai arrêté de compter après avoir trouvé 300 pieds!
Sa couleur le rend remarquable et souvent haut d’une trentaine de centimètres, il sait se hisser au dessus des herbes pour attirer le regard.
La première fois que je l’ai rencontré, c’était dans le sud de la France, posé seul au bord du chemin, preuve s’il en est qu’il n’est pas toujours accompagné de nombreux congénères.

Dans la région, c’est en juin qu’apparaissent les premières hampes et elles disparaissent avant la fin du mois. Mi juin, c’est l’apothéose!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *