Les sens de l’être (5)

debout

Des mois se sont écoulés quand arrive un passage formidable : « Ca y est, il se met debout » clament les heureux parents!

Etre debout.
Tenir debout.
Tenir la posture.

II 46 स्थिरसुखमासनम्॥४६॥ : la posture doit être ferme et aisée.
II 48 ततो द्वन्द्वानभिघातः॥४८॥ : La posture peut conduire à trouver un point d’équilibre entre nos paradoxes
II 47 प्रयत्नशैथिल्यानन्त्यसमापत्तिभ्याम्॥४७॥ : La posture, parce qu’elle est ferme et relaxée à la fois peut devenir l’occasion d’une rencontre avec l’infini.

J’apporte ici mon point de vue d’aujourd’hui sur ces « sentences » traduites de la nuit des temps. Aujourd’hui, du haut de mes années, du bas de mes ignorances, entre gris clair et gris foncé, je n’ai cessé d’apprendre et de découvrir au fil de mon cheminement.
J’ai appris que l’Inde n’est pas tout à fait l’Occident et pas tout a fait l’Orient. La philosophie occidentale et les courants de pensée qui s’en échappent est fort loin de la philosophie orientale et des courants de pensée qui s’en écoulent. L’Inde est à la confluence.
« Ida » et « Pingala », ces « énergies » qui décrivent des circulations dans notre corps et se croisent au niveau des carrefours d’énergie « chakra » ne sont pas « Yin » et « Yang » alors même que notre tendance binaire très occidentale se contente de traduire très basiquement l’une et l’autre de la même manière en droite/gauche, voire en lune/soleil. De mon point de vue, l’expérimentation à travers le corps, donc à travers la mise en « posture » du corps, permet de mieux « comprendre », c’est à dire de mieux s’approprier l’essence de la Vie, la Vie universelle que les mots spécifiques à chaque contrée, chaque société tentent inlassablement d’expliquer.
« L’énergie est un vide entièrement disponible » Affirme le sinologue Jean-François Billeter.
Entrer dans une posture, prendre une posture, tenir une posture, signifie à mes sens « passer ». Ainsi se trouve soulignée la notion de passage incessant : de l’immobilité au mouvement, avec la persistance du mouvement dans l’immobilité, et de l’immuable dans le mouvement.
C’est cette prise de conscience qui m’ouvre les portes vers l’infini.

A suivre

1 réflexion sur « Les sens de l’être (5) »

  1. Fred

    Ida et Pingala, Yin et Yang, immobilité, mouvement… Cela me rappelle ce que m’a dit une fois une personne que j’apprécie : « Trouver l’équilibre dans nos déséquilibres ». Vaste programme.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *