De la source à l’océan, la Loire (2)

Rédigé en juillet 2019

Alors que j’avais effectué les essais dont j’avais besoin, l’impatience montait.
Sur le forum, les gars posaient des questions et je répondais patiemment, histoire de patienter!

Lugo : Tu as prévu quelques escales confortables pour te requinquer ou bien tu comptes bourriner tout le long ?

moi : Je n’ai rien prévu, je vais me soumettre aux conditions rencontrées (soleil, vent, pluie, etc) et avancer sans chercher à battre un record. D’ailleurs, vu qu’il n’y a pas grand monde qui a déjà tenté ce parcours en SUP, il n’y a même pas de record à battre!

Lalo : Combien de jours as tu prévu pour réaliser ce parcours ?

moi : Je n’ai pas vraiment de repères. D’après les récits de ceux qui l’ont fait en canoë, il faut compter environ 3 semaines pour atteindre Nantes en partant du Mont-Gerbier-des-Joncs (ce que je vais faire). Je ne sais pas quelle sera la performance de mon SUP (plus léger, bien profilé et moins chargé) et de mes petits bras (j’ai pas trouvé de filles dans les récits de ce trip, sinon pour faire l’intendance ). La plupart des gars s’arrêtent à Nantes car ensuite la partie de l’estuaire, soumise à la réglementation des affaires maritimes, et croisant la route de très gros navires, nécessite une embarcation insubmersible. Ceux qui ne peuvent pas troquer leur canoë contre un kayak de mer achèvent leur voyage à Trentemoult. Il faut donc rajouter un peu de temps pour arriver sur la plage.
On verra bien. Ce sera plus facile de dire après ce que j’aurais pu faire plus vite et ce dont j’aurais pu profiter plus longtemps.

Four : Superbe projet, bon courage, bonne glisse et un bon petit report après l’arrivée.

Moi : J’espère pouvoir faire un report au retour et balancer quelques photos, il faudra peut-être attendre que j’atterrisse!

Fanfoue : Je te repose la question, même si je sais que tu n’es pas fan de ce genre de truc et que tu préfères te retrouver seule face à la nature (personne pour se plaindre et te casser les pieds ou la rame lorsque tu ne pense à rien ) mais nous accorderas-tu quelques heures pour te rejoindre et t’accompagner dans ton périple (2 ou 3 km ) ?
Et pour ton arrivée … un fan club avec des banderoles, du saucisson et du rosé?
Allez, bon courant, bonne glisse, bonne aventure !!!

moi : Difficile de répondre à cette question puisque je n’ai aucune idée de l’endroit où je serai quel jour et à quelle heure. Les fans du GPS vont sourire si je dis qu’aucun panneau d’affichage ne signale l’entrée d’un village quand le chemin emprunté est une rivière. A moins d’apprendre la carte par coeur, je vais donc traverser certains lieux sans même savoir où j’en suis exactement.
Evidemment, en arrivant en pays de Loire, j’aurais quelques repères… et encore plus en arrivant près d’Angers puis de Nantes!
Donc affaire à suivre…Sans promesses!

Suprider : Chacun a sa petite question technique qui nous montre que la préparation et la réflexion sur ce genre de périple est importante. Leash ou pas leash ?

Moi : Yes… La préparation d’un trip fait déjà partie de l’aventure et la question du leash n’a pas été oubliée. Ton résumé de la situation est excellent : je n’ai pas du tout envie de laisser filer ma planche et mon paquetage et j’ai envie d’éviter au maximum la prise de risque. Pour limiter le risque, je ne vais pas jouer dans les zones de rappel et contourner à pied ( il y a un bon nombre de foutus $£#$§ portages qui sont déjà notés mentalement afin de ne pas entamer ma « zenitude » à venir). Pour éviter de laisser filer ma planche, j’ai prévu un leash. D’ailleurs, nous avons fixé un insert au centre de la planche à cet effet. De fait, je vais pouvoir attacher le leash à la ceinture avec un mousqueton, facilitant ainsi un largage d’urgence en cas de risque vital.
Ca répond à ta question?

Etc…
Etc!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *